Mise à jour 14 novembre 2019   

Les Drailles de la Mémoire Cassis

Les Drailles de la Mémoire Cassis

Histoire des Patrons-Pêcheurs

et de

 

 la Prud’homie de Cassis

Origine des corporations

 

La Grèce et Rome possédaient déjà au IVème siècle avant JC, des collèges ou corporations ouvrières qui avaient leurs chefs, leurs assemblées, leurs règlements, leurs budgets et leurs hôtels particuliers.

Aux IIIème et IVème siècles, en Gaule comme dans tout l’Empire Romain, la création de collèges devint une règle générale.

Sous la féodalité, au moment de l’octroi de chartes seigneuriales aux communes, les corporations s’installent au sein de la commune et ont une vie propre.

Pour Marseille, les pêcheurs s’unissent dans l’Association des Pêcheurs de St Jean. Celle-ci prend place parmi les privilèges féodaux. La pêche au thon par le procédé appelé « Seinche (*) » est d’abord règlementée et reçoit l’appui du Conseil Général de la Ville de Marseille en 1431 et l’autorisation des Comtes de Provence.

Cette nouvelle institution est confirmée par les différents Gouverneurs de Provence et même par le bon Roi René. Successivement, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV favorisent les pêcheurs de Marseille.

La confrérie de Saint Pierre des Patrons-pêcheurs de Cassis

 

La pêche du poisson et du corail a été, à toutes les époques une des principales industries de Cassis. D’ailleurs, durant de nombreux siècles, elle procurera de grandes ressources aux Grecs de Marseille.

 

En 1624, les patrons-pêcheurs, les patrons de barques et les capitaines de vaisseaux de Cassis, au total, plus de 60 pêcheurs et 40 navires marchands, se séparent de Marseille et s’unissent pour créer la Confrérie Religieuse de St Pierre.

Création de la Prud’homie de Cassis - Un tribunal de pêche obtenu de haute lutte.

 

Dès 1718, l’Evêque de Marseille avait approuvé et homologué les statuts de la confrérie des patrons-pêcheurs de Cassis et ainsi obtenu une existence légale. Malgré cela les pêcheurs cassidens durent supporter l’injustice de ceux de Marseille.

 

Le décret du 8 décembre 1790 consacrera la Prud’homie de pêche de Cassis contre la tutelle marseillaise. L’inauguration de la Prud’homie aura lieu le jour de la fête de Saint Etienne le 26 décembre.

 

A la création de la Prud’homie, le droit d’élire deux prud’hommes leur fut accordé en 1791.

Le 29 juin 1791, les patrons-pêcheurs se réunissent pour désigner les premiers prud’hommes de Cassis.

Seront élus, les patrons-pêcheurs Pierre JEANSELME et Lazare MOUTON.

Mais dès 1860, leur nombre sera porté à trois plus un suppléant.

 

Au tout début, la confrérie des pêcheurs se réunissait dans une chapelle située sur la jetée à l’entrée du port du nom (Saint Pierre). Construite en 1634, elle était en mauvais état. Exposée aux coups de mer elle fut démolie en 1821 après la grande tempête et le raz de marée de cette année.

Cette chapelle abritait la statue de Saint Pierre qui fut sauvée, restaurée et placée dans une niche à côté de la porte d’entrée du local actuel de la Prud’homie situé le long du port sur le quai Barthélemy, local acquis en 1822 par les pêcheurs.

La Prud’homie de pêche témoigne de l’activité prédominante de la commune et du combat des cassidens pour se soustraire à la juridiction - despotique, tyrannique, onéreuse, suspecte et abusive - des Prud’hommes de Marseille.

Les prud’hommes pêcheurs prêtent serment devant le représentant de la Marine et devant le Tribunal de première instance de l’arrondissement selon la formule suivante :

  • « Je jure de remplir avec fidélité les fonctions de Prud’homme pêcheur, de faire exécuter ponctuellement les règlements relatifs à la pêche entière, de me conformer aux ordres qui me seront donnés par mes supérieurs et de signaler les contraventions aux règlements sans haine ni ménagement pour les contrevenants ».

Attributions judiciaires

 

Le décret de 1859 résume ainsi les attributions qui reviennent encore aux prud’hommes après maintes modifications :

            « Les prud’hommes connaissent seuls, sans appel, révision ou cassation, tous les différends et contestations entre pêcheurs, survenus à l’occasion des faits de pêche, manœuvre et dispositions qui s’y rattachent dans l’étendue de leur juridiction ».

Les Actes des prud’hommes

 

Les cassidens ont donné d’éclatants témoignages de l’attachement qu’ils avaient à leur ville natale, à ses institutions ainsi que leur dévouement à la France. Il serait trop long de les examiner dans ce bref résumé. Qu’il nous suffise de savoir que les prud’hommes de Cassis ont fait tout leur devoir sous tous les régimes et qu’ils ne négligèrent jamais le côté philanthropique de leur fonction.

 

Au 19ème siècle l’organisation évolue et ils participent à différentes activités – ‘’Assistance pour lutter contre le choléra, mise en place de pensions diverses etc…’’.

 

Les objets de la Prud’homie classés par les monuments historiques

Dans le cadre de son histoire et de son développement, la Prud’homie de pêche de Cassis dispose de pièces classées monuments historiques :

  • La Prud’homie abrite une toile réalisée en 1793 par le peintre Marseillais Jean-Baptiste GUIS, peintre renommé de Marseille, tableau commandé par la Prud’homie pour sa création et restaurée en 1997.

 

Cette toile présente le portrait de ces deux prud’hommes de Cassis, Pierre JANSELME et Lazare MOUTON, en présence de Joseph Victor ROUX, Subdélégué du Lieutenant de l’Amirauté

  • Une boîte à vote du XIXème siècle 

  • Sur la façade, abrité dans une niche, le buste reliquaire de Saint Pierre, en bois polychrome peint, datant du XVIIème siècle, patron de la confrérie des pêcheurs, restaurée en 1984.

  • Cette statue est traditionnellement portée par les pêcheurs lors de la procession qui va jusqu’à l’église, le dernier dimanche de juin, à l’occasion de la Fête de la Saint Pierre. La cérémonie est suivie d’une bénédiction en mer de toutes les embarcations et d’un hommage aux marins disparus.

Organisation de la Prud’homie :

 

Juges, agents des pêches, administrateurs de la corporation des pêcheurs, les prud’hommes étaient au début, au nombre de deux, puis quatre, - deux titulaires et deux suppléants -.

Depuis 1860 ils sont au nombre de quatre mais avec trois titulaires et un suppléant. Les juges des prud’hommes sont vêtus d’une robe gris bleu/rabat blanc et toque bleue décorée d’une ancre d’argent, ceinte de 2 galons pour le premier prud’homme et un seul pour les autres.

 

Les prud’hommes jugeaient souverainement les contraventions aux règlements de la pêche et les contestations entre pêcheurs.

Les élections

 

Sont électeurs les patrons-pêcheurs titulaires d’un rôle d’équipage.

Sont éligibles les membres âgés d’au moins 40 ans ayant pratiqué 10 ans dans la juridiction de Cassis, ainsi que les parents et alliés jusqu’au 3ème  degré.

Urne à voter

(*) La seinche est une ancienne méthode de pêche traditionnelle au thon sur le littoral de Provence

Une recherche de Jean-Claude Cayol, sur une idée de Cathy Brache et Jack Vietti.

Photos : Cathy Brache, Jean-Claude Cayol.

Nous remercions tout particulièrement Monsieur et Madame Abatzis

pour nous avoir aimablement ouvert les portes de la Prud'homie de Pêche de Cassis.