ENTRE FONTBLANCHE ET LE MAS CALENDAL

Chez ÉMILE BODIN 

Vigneron et félibre, défenseur du terroir

6 novembre 1881 : Naissance à Marseille ; il est le petit-fils de l’architecte Charles Bodin (1803-1872) qui contribua à édifier la rue de la République, bâtit l’église de Sainte-Marguerite et l’immeuble Noilly-Prat. La famille s’était repliée sur Cassis lors du choléra de 1883.

Orphelin à 13 ans, élevé par sa tante, il fait ses études au Lycée de Marseille, tient un temps une quincaillerie puis un magasin d’antiquités. Ses relations dans le milieu des antiquaires lui serviront à meubler le Mas Calendal.

 

Constitution du domaine :

1901- 1903 : Ayant vendu son magasin, il acquiert autour du chalet hérité de son grand-père les terrains qui constituent le Clos Val Bruyères où il continue jusqu’en 1907, en suivant l’exemple donné depuis 1892 par Joseph Savon au Clos Sainte Madeleine, à ressusciter grâce à des plants américains le vignoble cassidèn ravagé par le phylloxéra et innove en vendant son vin non plus en fût mais en bouteille. Savon et Bodin auront été ainsi les initiateurs d’un vin différent, sec et minéral qui a su tirer toute la richesse du terrain argileux et calcaire d’un terroir jusqu’alors renommé pour son muscat.

 

4 avril 1907 : Mariage avec Clotilde Miegge dont il aura 4 filles. Première décoration du Mérite Agricole.

Il crée ses cartes postales publicitaires ; ses réclames pour son vin blanc « Cassis-Bodin » habillent les murs de l’hôtel Cendrillon. La patache qui fait le service entre Cassis et la gare et plus tard le car Cassis - Marseille portent son enseigne.

 

1911- 12-13 : Il envoie des bouteilles de son vin pour chaque Noël à Frédéric Mistral. Celui-ci décrit ainsi son vin :

« L’abeille n’a pas de miel plus doux,

Il brille comme un diamant limpide,

Sent le romarin, la bruyère et le myrte

Qui couvrent nos collines et dansent dans le verre ».

1914-1918 : Il utilise prisonniers allemands et permissionnaires convalescents pour tracer les chemins dans la colline des Rompides jusqu’au Perthus.

 

1920 : Il acquiert le domaine de Fontblanche et, désormais installé à Cassis, entame les travaux pour transformer le chalet en ce qui devient le Mas Calendal avec l’aide de l’architecte J. Boët.

Ses tournées comme représentant de son vin lui permettent d’accumuler idées et éléments de construction pour le bâtir mais aussi, grand collectionneur, d’acquérir objets et œuvres d’art pour  meubler une bâtisse plus authentique que nature : dans l’ouvrage d’Henri Algoud, « Mas et bastides de Provence » en 1927, elle devient même sous l’objectif de F. Detaille l’exemple par excellence du mas provençal. Ses échanges avec les exportateurs de vins et les agences maritimes le mettent en relation avec des directeurs de jardins botaniques : il commence ainsi son propre jardin exotique.

Suite de l'exposition
images+%282%29.jpg